Project Description

DJ/Agitatrice – De Paris à Tunis

Liens

Née à Paris de parents tunisiens en 1986, Missy Ness débute la pratique artistique dès l’enfance par la danse classique au conservatoire. Malgré un certain talent, elle passe la plupart des leçons sous le piano, refusant de se plier à l’autorité de son professeur. Plus influencée par le style de vie des quartiers populaires parisiens, elle s’intéresse très tôt à la culture Hip-Hop et passe le plus clair de son temps libre à écouter les mixtapes qui tournent dans la chaîne hifi de son grand frère. Oxmo Puccino, Lunatic, Minister AMER, NTM mais aussi Public Enemy, Nas, 2Pac ou Snoop Dog réveillent ses premiers désirs de mix.

Au début des années 2000, elle découvre la scène Bass Music à Paris. Scolarisée au Lycée Autogéré, l’habitude est de se rendre à la Flèche d’Or le mercredi soir pour faire la fête au son de la Jungle et de la Drum n Bass. L’addiction est immédiate et elle vit désormais le plus clair de son adolescence entre les clubs, concerts et free partys. Après avoir obtenu son Baccalauréat mention Cinéma, elle débute une formation d’ingénieur du son et intègre la régie du Triptyque (actuel Social Club), salle de concert et de clubbing à Paris. La programmation mêlant tout ce qui se fait de mieux dans l’underground, elle a la chance d’y rencontrer Asian Dub Foundation, DJ Vadim, Roots Manuva, Method Man & Red Man mais aussi Roy Ayers ou le Saïan Supa Crew. Elle parle encore de cette période comme « une véritable école auditive, du son et de la musique ».

A 19 ans, elle se rend en Tunisie afin de rencontrer la scène alternative locale et de découvrir la quotidienneté de la jeunesse dans son pays d’origine. Durant plus d’un an, elle fréquente les musiciens et artistes underground, se mêle à eux, visite le pays, les suit à des concerts,… Elle intègre ‘Electro Party’: Drum n Bass, Jungle, Break Beat, Dub, Break Core et même un peu de Dubstep (alors encore méconnu) font vibrer les murs du Boeuf Sur Le Toit et le public est au rendez-vous. Elle mixe également lors de la première édition du FEST. Elle est la première représentante féminine du deejaying en Tunisie.

De Paris à Tunis, elle continue à jouer les musiques qui lui sont chères, le sourire aux lèvres, des étincelles dans les yeux et le diable au corps tout en défendant les cultures urbaines. Du Hip-Hop au Grime, du Garage à la Drum n Bass, ses sets sont à son image: ouverts, dynamiques, généreux et pleins d’Amour.